Fuck my cancer – Manuela Wyler – (****)

fuck my cancer
Manuela Wyler se définit elle-même comme une « emmerdeuse », en l’occurrence elle est surtout une femme de caractère confrontée à la maladie, un cancer du sein bilatéral, et qui entend bien faire valoir ce à quoi elle a droit en tant que patiente, ce à quoi ont droit tous les patients: les justes soins, la considération et l’empathie qu’on peut légitimement attendre du système de santé et des soignants à l’égard de tout être humain malade.

Mais Cancerland est loin d’être un monde idéal et conforme à ce qu’on pourrait espérer pour les patients…

Pour le coup, l’emmerdeur c’est Carlo, son cancer, et il n’a qu’à bien se tenir!

La couleur est annoncée sur la couverture: « pas d’eau de rose »!

« Fuck my cancer » n’est pas un manuel de survie à l’usage du malade, non, c’est une chronique de combat.

Tout à la fois poignant, émouvant, parfois drôle, révoltant, jamais lénifiant, le récit de Manuela nous plonge dans les difficultés de la patiente qu’elle est, comme tant d’autres femmes et hommes, face à la maladie.

Les difficultés du quotidien qu’il faut résoudre soi-même et avec l’aide des proches. Les gestes qui paraissent anodins au commun des mortels et qui deviennent un défi, une épreuve voire un calvaire pour le malade.

Les difficultés face aux autres, face à soi-même.

Les difficultés face à l’administration et sa machine infernale.

Celles face aux soignants formidables pour les uns, inhumains voire maltraitants pour certains; du diagnostic annoncé sans ménagement, aux examens menés à la chaîne, aux traitements décidés sans préoccupation des inquiétudes, peurs, questionnements ou souhaits des patients, aux attentes interminables et épuisantes…

Difficultés face à un système de soins dont les politiques se gargarisent qu’il soit (serait) le meilleurs du Monde alors qu’il n’est pas (plus) capable, faute de moyens suffisants, d’apporter l’essentielle assistance aussi bien matérielle, humaine, psychologique…à ses « usagers ».

Malade ou pas, patient ou pas, soignant ou pas, sa lecture ne laisse pas indemne.

Quand on referme cet ouvrage, on a l’envie irrépressible de crier « FUCK CANCER!!! »

Fuck my cancer – Manuela Wyler – Éditions Fayard

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s